Il était une fois ...

samedi 9 janvier 2010
par Frédérica Calmettes

La broderie est de tout temps un art pratiqué par les femmes. Quels que soient les points utilisés, la broderie a su embellir l’ouvrage sur lequel elle était faite. Les différentes techniques ont su apprivoiser la multitude de fils proposés, qu’ils soient métalliques, en ruban, en soie…..pour rendre le travail toujours plus éblouissant.

L’origine de la broderie se perd dans les temps anciens et il est difficile à l’heure actuelle de définir avec certitude le point de départ. Ce n’est qu’au XVIIe siècle que l’on peut réellement identifier chaque ville par ses motifs, ses couleurs dominantes et son style.

La technique de broderie réversible ("terz el gorza", qui se traduit par broderie à fils comptés) est un point largement utilisé dans le Maghreb.

Le Maroc ainsi que les pays qui l’entourent ont un artisanat très développé : tapisserie, broderie, ferronnerie, dinanderie, faïence, poterie… En particulier, la broderie représente un art bien ancré dans la culture populaire.

Beaucoup de fillettes (souvent très jeunes) ont été initiées à cet art par leur mère ou par des professionnelles, soit pour broder leur trousseau de mariage soit faute de pouvoir aller à l’école, cette activité était le seul moyen de rencontrer d’autres fillettes et donc de sortir de chez elles. Cela représentait le lien social. Leur apprentissage consiste à apprendre oralement des motifs simples, puis de plus en plus compliqués.

Cette technique n’a jamais été diffusée, car préservée jalousement par les familles. Les villes ont chacune des couleurs ou des motifs qui font leur spécificité. C’est ce qui permet aux spécialistes de situer la provenance d’un ouvrage.


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

  • Il était une fois ...